Mon frère

Publié le par Christian


mon frere
monfrere
 Tout en haut du vallon, au cabanon
 Au soleil nous aurons cueilli 500 kg

On se retrouve en tête à tête pour quelques jours.
La première fois c'était il y a 47 ans. Nous étions dans les hautes Alpes où, après une semaine de camping sauvage, on s'était réfugié dans notre 2CV pour affronter une tempète historique. La tente était arrachée par les bourrasques de vent. Le torrent tout proche dévalait, emportant tout sur son passage. De nombreux arbres brisés encombraient la route.  Recroquevillés dans la voiture branlante, nous vimes pour la première fois des feus folets, la 2CV  était illuminée de ces bougies vacillantes.

La seconde  est pour cette semaine, aujourd'hui dernier jour de la première récolte qui doit atteindre les 500 kg. La tente de camping est remplacée par le cabanon, la 2CV par une voiture confortable qui sera capable d'emporter les olives cueillies. C'est dans l'activité, les instants de repos et le repas de midi que nous revivons ces relations du petit et du grand frère. En presque cinquante ans, nos vies sont devenues notre histoire.

Ce fut une très belle semaine, nos parents étaient très présents, chacun de nos gestes pousuivaient ceux qu'ils ont laissé dans les arbres ou dans la pierre.
Que nous est-il arrivé cette semaine ?
Adolescents nous sommes revenus !
Enfants nous sommes encore.





 

Publié dans Familial

Commenter cet article

La Fanchon 25/11/2009 23:59


L'ami du soleil à, comme toi, récolté 500 kg qui vont être portés au moulin.
Tu as raison c'est une occasion joyeuse de se retrouver en famille.


Christian 29/11/2009 10:21


J'ai toujours eu la chance d'être en Bretagne sous le soleil.



Louis-Paul 25/11/2009 08:27


Je trouve toujours très émouvant ces Notes très personnelles que nous écrivons de temps à autre sur nos Blogs.
Souvent, nos proches sont loin, les Mots nous rapprochent.


Christian 29/11/2009 10:18


C'est aussi pour moi, la manière de donner de mes nouvelles aux proches.


L U C 23/11/2009 11:20


Il y a des instants de notre vie dont on ne prévoit pas l'importance qu'ils vont prendre.
Ce n'est que plus tard, lorsque justement on se les remémore, lorsqu'on les évoques avec ceux qui les ont vécus, que l'on prend la mesure de ces moments. Milles petits détails qui forment un grand
souvenir.
La pluie, l'imprévu, sont souvent des complices efficaces de ce genre d'événement.


Christian 23/11/2009 13:58


Oui, LUC, toutes ces petites choses mises bourt à bout, deviennent en les racontant, de grands moments grace à vous chers amis.


La Dame de nage 23/11/2009 07:32


Je n'ai plus qu'à chanter du Le Foretier ! Qouique je dois bien avoir un demi-frère quelque part …

Merci de partager ce moment, et bon courage à vous deux pour la suite de la récolte et la poursuite de votre histoire.


Christian 23/11/2009 13:56


Chantes Sarah, bien fort, je tendrai l'oreille dans la colline pour écouter l'écho.
Je ressens beaucoup d'amitié dans vos commentaires, merci.


joye 22/11/2009 16:12


Parfaitement !

Après tout, ils vous ont faits aussi ! Plus beaux que les olives, plus hardis que les oliviers, et aussi délicieux.

Bravo aux parents !!!

Et merci pour cette vue sur un monde qui est pour moi strictement imaginaire.


Christian 22/11/2009 17:21


Oui, Joye, nos parents soutenaient nos bras, éclairaient nos sourires.
Pas le même monde, mais tout de même paysan.