A La Seyne

Publié le par Christian

papamamanAilleurs, c'est aussi retourner vers mes souvenirs de jeune. Passer quelques heures avec papa et maman, même à mon âge, c'est un peu retourner vers son enfance.
Nous habitions le quartier du Pont du Las à Toulon, puis quand j'avais 16 ans, nous sommes partis à La Seyne sur mer.
Mes parents y avaient construit leur maison. C'était un exploit car mon papa était seul à travailler, il était mécanicien de marine marchande, et ma maman élevait ses quatre enfants.
Quel salaire d'ouvrier aujourd'hui permettrait d'acquérir un terrain, et y construire sa maison ?
toulonarbre
Ty Braz, les amis Bretons qui passent ici, traduiront le nom donné par mon papa à sa villa.

Comment comparer les salaires et les prix qui se pratiquaient en 1958, pendant la guerre d'Algérie ? 600 F, on disait soixante mille francs (90 € aujourd'hui) était le salaire mensuel de mon papa. Pour doubler sa paye et faire face aux mensaulatités sur 20 ans, il aura effectué de très nombreux voyages dans le monde sur les longs courriers de la marine marchande. Sa connaissance géographique est immense, quel continent n'a-t-il parcouru ? 

Alors que cette maison était
jardinisolée, en pleine campagne, loin du centre ville, aujourd'hui, elle possède le jardin le plus grand non encore bâti. Les moindres parcelles tout autour sont occupées par des habitations collées les unes aux autres.
Il y avait une vigne et papa faisait son vin. Une vrai piquette à vous retourner l'estomac, que lui seul trouvait excellente.
Cette vigne n'est plus aujourd'hui, il y aura mis des oliviers que mon frère entretient. Mon papa a 90 ans, il terminait la plantation de ses tomates.
Puis, en faisant le tour du jardin, des quelques arbres, je retiendrai celui ci-dessus. Parce qu'il a été mis en terre l'année de la naissance de notre fils. Il avait été planté par ma grand mère, mes grands parents de Contes qui habitaient avec nous











Publié dans Familial

Commenter cet article

claude 11/04/2007 11:19

Il faut vous lancer dans l'écriture de vos mémoires Christian ne serait ce que  pour Camille.
Qu'il sera doux de parler de son papay avec admiration

Sar@h 08/04/2007 19:02

Tiens, mon ami Pêcheur est chef mécanicien mais à la pêche (of course), après une formation dans la Royale et il agrémente ses courriels de "merci braz".

Christian 08/04/2007 21:32

Nombreux sont les marins bretons formés dans la Royale, ce fut le cas de mon papa aussi.Merci ma grande !

lasidonie 08/04/2007 12:04

bonjour christian,tu étais proche ce 6 avril ! serait-ce l\\\'Evescat ce quartier ou Coste chaude, il y a encore des terrains avec vignes de ce côté là, nous y avons des copains dont le papa  faisait un excellent petit rouge...Bonne pâques et bises.

Christian 08/04/2007 21:28

Oui, Sido, c'est par là, sur la route de Tamaris près du fort Napoléon.

khasiopéek 06/04/2007 21:52

C'est joli quand tu racontes tes souvenirs. Moi, c'est mon oncle qui faisait un piquette ignoble qi'il était le seul à boire avec.... de la limonade !Je t'embrasse bien fortTu as pensé aux oeufs pour Camille ?

Christian 06/04/2007 22:46

Cette piquette colle à la réputation de mon papa.Camille est encore trop jeune pour chercher les oeufs en chocolat

Anne-Ma 06/04/2007 21:35

Jolie famille. Une question : Papy va-t-il caché des oeufs pour la petit Camille ?
Bonne soirée et bon week-end
(As-tu reçu mon mail ?)
 

Christian 06/04/2007 22:44

Elle aura bientôt un an, ce sera pour l'année prochaine.