Toujours dans mon hamac !

Publié le par Christian

J'ai donc choisi de rester dans le hamac aujourd'hui, je reprends :
Un commentaire laissé à Anne Marie :
" Waouhh ! super ! Je rêve d'un hamac mais je ne sais pas où l'accrocher, je n'ai pas jardin et dans la maison, houps ! difficile. "

Dès 14 ans j'étais apprenti à l'arsenal de Toulon. C'était une école genre militaire avec salut aux couleurs tous les matins.
L'été nous partions en camp de vacances dans les Hautes Alpes. La promotion d'apprentis de première année occupait pendant un mois, deux immenses chalets (80 élèves).
Le dortoir était équipé de 40 hamacs dans une seule pièce amménagée comme la chambrée d'un navire à voiles.
Tous les soirs nous accrochions nos hamacs, tous les matins il était plié sur un seul anneau.
Immaginez la discipline pour le coucher et le lever. Car on ne pouvait correctement circuler que lorsque le hamac était plié. Difficile ho oui !

Un autre commentaire laissé à Sar@h :
"Le plus dur est d'en sortir ! ? un hamac amarré entre l'étai et le mât ? un bon livre ? La brise de l'alizé? et Morphée qu vous prend par la main ? Nulle crainte pour le bouquin, il est coincé par le hamac? juste la page perdue ! "

Oui, Sarah, le plus dur est d'en sortir ... sans tomber !
En bateau, je n'ai jamais dormi dans un hamac.
Mais j'ai le souvenir d'un voyage Toulon ...  Clohars-Carnoët en voiture au début des années 50, Papa, Maman et les quatre enfants.
La voiture ? Une 301 Peugeot (freins à cables), durée du voyage 3 ou 4 jours.
Notre petit frère (un ou deux ans) était installé dans un hamac qui se balançait au dessus de nos têtes alors que nous étions assis sur la banquette arrière.
Il faut que je fasse raconter ces périples à mes parents, cela éveillera de si bons souvenirs.


Publié dans Familial

Commenter cet article

L U C 26/09/2006 06:52

En effet, cher Christian, les histoires de Peugeot 301 ne reviendront plus ! Les moeurs et les réglementations ont tellement changé ! Lorsque j'ai lu cette note, j'ai eu l'impression de voir un film du cinéma d'après-guerre, avec par exemple Alberto SORDI...
Mais ne pleurons pas trop cette époque révolue, si les normes et les réglements ont enlevé ce brin de poésie qui flottait autrefois, ils ont augmenté la sécurité de nos cher enfants. Tout a un prix...
En tout cas, si je devais acquérir un hamac, je prendrais à coup sûr un " deux places " ; . )

Christian 26/09/2006 08:24

Un hamac deux places ? Pas pour votre seul usage !Cher LUC que je regrette cette voiture que je n'ai pas sû garder, l'ayant sottement conduite à la casse car elle "encombrait" chez mes parents. Aujourd'hui je vous l'aurais prêtée, elle eut fait dans vos spectacles un décors à elle seule.

emliochka 26/09/2006 00:02

Je ne sais pas si vous connaissez le Marsupilami, mais cette histoire de hamac dans la voiture m'y fait un peu penser. Mon petit frère, bébé, il y a une quinzaine d'années, avait droit à une caisse bien matelassée et rembourrée en guise de berceau dans le coffre de la voiture. Ca passerait difficilement aujourd'hui je pense!
Bonne semaine

Christian 26/09/2006 08:17

J'ai déja vu le Marsupilami, je ne connais pas l'histoire en rapport avec un hamac. Quand aux voitures, que d'usages on a pu en faire.Bonne semaine aussi.

khassiopée 25/09/2006 23:30

Bonne soirée l\\\'homme bienheureux au hamac !

Christian 26/09/2006 08:12

Bonne soirée

claude 25/09/2006 11:36

Oui, j\\\'ai vu ça aux infos, il pleut, il pleut...
Je pensais à votre histoire avec votre petit frère dans le hamac, quelle aventure cela me rapelle lorsque nous étions à Berlin! Deux à trois jours de voyage pour descendre sur Nice...
Quel périple!
 

Christian 26/09/2006 08:12

J'adore les longs voyages, tracer la route sur sa carte et découvrir km après km le pays, les villes ... les habitants lors des arrêts...

sevy 25/09/2006 09:25

on a hâte de connaitre la suite de tes périples !je te souhaite une excellente journée dans ton hamac ...bisous

Christian 25/09/2006 09:29

Pas de hamac aujourd'hui, il pleut.