L'équipe

Publié le par Christian


C'est le titre d'un article que j'aurai publié à la fin de ces longues vacances. Parce que suivre les exploits de l'équipe de rugby Toulonnaise fut, puis est à présent  ma passion de cette fin d'été. Un de mes blogs préférés sur ce sujet est celui de deux Niçois journalistes sportifs,  dirigeant l'équipe Nice rugby.
En direct, sur Internet, à la radio (pas à la télépayante), je me régale passionnément et chauvinement des exploits Toulonnais à la sulfureuse réputation.
Le groupe Toulonnais est composé des meilleures individualités internationnales achetées à coup de millions, les meilleurs dis-je, toutefois, l'an passé, c'était un groupe qui a failli rétrograder la division inférieure.
Puis cette année, ils gagnent, le groupe est devenu une équipe.
RR sur Nice rugby écrit :
" s’isoler de ses partenaires revient à rendre la balle à l’adversaire.
 « Sous aucun prétexte, vous ne vous aventurez seul sur la lande ! » :
 comprenez les nouvelles règles pénalisent encore plus le solitaire Quichottesque qu’auparavant, ou encore le rugby demeure un vrai sport collectif et l’individu malgré starisation, marketing et paillettes n’a d’existence qu’au sein de ce collectif…
"

Et cela rejoint l'article de Claudio partisan de l'individu face au groupe. Son article réveille les passions, il l'a voulu, c'est son ambition.
Ce qui fait mal dans son attitude, c'est qu'elle est ressentie comme un abandon. Barbara voyait en lui le Capitaine, il était devant, encourageant, exemplaire, exigeant ... de fait, il semblait être le capitaine de l'équipe, chacun y allait de son talent; le gros qui pousse en mêlée, le grand qui saute, l'agile qui se faufile, le botteur qui engrange les points, chacun s'appuyant sur l'autre pour avancer.
Puis Paf ! Il transforme l'équipe en groupe.
Le succès du défifoto, le nombre croissant des participants fait dire à Claudio :
"...
Eh oui ! Partout toujours, tout est nivelé par le bas. Le plus petit dénominateur commun l'emporte. Le groupe, voilà l'ennemi. Le groupe salit la beauté. Le groupe anéantit la poésie.

Et pourquoi en suis-je à écrire cela aujourd'hui ?
Ah oui, ça y'est, je me souviens.
Je viens, encore une fois, d'expérimenter le phénomène. C'est triste.

..."

Vas y Barbara, continue. Il est difficile de diriger, il y a une équipe, des rêgles, plein de photos ... et des supporters qui suivent le jeu sans être sur le terrain.


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claudio 19/09/2009 18:17

se désigne ?

La Dame de Nage 19/09/2009 18:07

Alors moi, je ne me suis jamais sentie dans une équipe … Euh, celui qui se désigne pour capitaine sait-il barrer au moins ? Je comprends de moins en moins … Et à ma connaissance, un capitaine abandonne le navire en dernier !Que Djeannot corrige si je me trompe …J'apprends aux drôles que ce sont les équipes qui gagnent pas les meilleurs qui jouent perso, et méprisent leurs coéquipiers !De toute façon, j'ai toujours défendu et pratiqué le sport plaisir …

Christian 19/09/2009 21:14


J'ai écrit ce que je ressentais suite au désapointement de Barbara. Je pense qu'elle voyait en Claudio le "fer de lance". Quand à mettre les pieds sur un navire ?
Djeannot va sortir un nouveau livre (sur les marins). Mais il ne vient plus sur le blog (il s'en est excusé par courriel) et il nous manque.
J'ai pratiqué de nombreux sports(gym, athlétisme), toutefois, les plus grandes émotions étaient ressenties en jeu d'équipe et particulièrement le rugby.


Anne-Ma 19/09/2009 11:24

J'aime bien l'idée d'équipe et la comparaison avec le rugby. Tu es un Sage, Christian.
Bonne journée.

Barbara 19/09/2009 09:44

Merci Christian, le défi continu Grace a des commentaires comme le tien. Ta comparaison me plaît, celle d'une équipe sportive. Moi l'entraîneur, Claudio le capitaine effectivement. Peut être pas la peine de remplacer le capitaine... On verra comment s'en sort l'équipe!

Merci en tous les cas

Barbara

Claudio 18/09/2009 12:16

J'ai lu Christian ;-)