De Stockholm à l'archipel d'Aland

Publié le par Christian


C'était une traversée en mer Baltique. Nous y avions rencontré des phoques, croisé d'autres voiliers, vogué entre les îles, découvert des criques ... les nuits étaient très courtes, l'eau très froide, et sur les îles des forêts, des prés avec des vaches, de petites et grandes maisons très colorées, et beaucoup de voiliers, de vieux grééments, des petits, des grands, des bateaux vikings, des paquebots  ...
La mer s'enfonce dans les terres, remonte très loin, on se croirait en rivière, sur des fleuves, au milieu de lacs.
De nombreux ports pour accoster, avec des saunas, des douches, des piscines, salles de sports ... et des garages à vélos, des bicycettes pour emprunter les pistes cyclables, rejoindre le centre ville, promener dans les rues, aller en boite de nuit ...
Des vacances de rêve, il faisait froid, il a plu une journée  sur une semaine en mer.
Une seule ombre noire. Les deux papas, chacun accompagné de sa fille, étaient partis joyeux sur un voilier de 10 mêtres. Et là ça ne pardonne pas ! La promiscuité, sur une embarcation en mer ... les caractères se révèlent ...
On s'est fâché et depuis on ne se parle plus.




Publié dans Voile et bateaux

Commenter cet article

Sar@h 25/07/2006 11:10

La promiscuité en bateau ne gêne pas tant qu'on est en mer. C'est à terre que les soucis  se révèlent. En mer, notre vie dépend des autres, alors on fait des concessions, sauf personne déséquilibrée. À terre, chacun à son approche, on retrouve les tracas quotidiens, les courses, la façon de profiter de la vie, les servitudes du bateau, la façon de dépenser la caisse du bord, etc. et là, ça passe ou ça casse.Cette note me donne le bourdon, il y a si longtemps que je n'ai pas navigué et ce ne sera pas pour cet été encore … Je me suis "faite avoir", j'ai longtemps navigué avec le père de mes enfants, il a trouvé  de "l'herbe plus verte" et entre temps j'ai perdu de vue tous les anciens copains voileux … désormais, je reste bien souvent à terre à regarder passer les bateaux. Malheureusement, je n'ai pas la capacité à naviguer seule !  un jour peut-être … je retrouverai ce plaisir … En tout cas l'attente aura été longue !

Christian 26/07/2006 08:53

C'est tout à fait cela Sarah, en mer nous faisions comme si rien n'était. Et c'est lors du retour dans l'avion qui nous ramenait que j'ai marqué mon mécontentement.Dans les ports bretons que tu fréquentes, il suffit peut être de demander  pour retrouver le plaisir de partir en mer.

majoma 24/07/2006 23:13

De retour, teint bonne mine et le plein d'énergie !Quel beau voyage en effet mais j'ai remarqué que la promiscuité parfois pouvait tout gacher !Bonne nuit à toi

Christian 25/07/2006 06:38

La personnalité des individus se découvre, et il ne sont pas ce que l'on pouvait croire.Bonne journée

Fauvette 24/07/2006 19:02

C'est vrai que cela rafraîchit... L'évocation du voyage, et ta chute sur la brouille (de x années). Dommage.
Moi j'évite ce genre de vacances, j'ai du mal à cohabiter longtemps.
Sauf avec mon mari (presque 30 ans !)

Christian 24/07/2006 19:24

Elle refroidit la fin, en effet Fauvette, il n'y a qu'une conteuse comme toi pour s'y rafraichir. (je ne l'ai pas fait exprès)Et avec mon épouse (presque 36 ans) ... que l'on se réchauffe.

sevy 24/07/2006 17:02

c'est un sacré périble que tu nous conte là !
au Maroc ca va encore question température mais je suis au Nord du Maroc le Sud atteint les 50 °
bisous
à bientôt

Christian 24/07/2006 18:47

Même au Nord il doit y faire chaud.Tu résistes ?bisous, reviens nous en forme.

line 24/07/2006 14:25

Tu as beaucoup voyagé alors Christian?quel rêve ce voyage  avec une canicule pareille! quel dommage qu il se soit mal terminé!

Christian 24/07/2006 18:43

Oui j'ai vécu et travaillé à l'étranger. Etait-ce des voyages ?En navigation, la mer Baltique fut le point le plus éloigné où je suis allé.