Les hopitaux

Publié le par Christian

rade toulon

Pas moins de trois hôpitaux visités cette semaine.
Le service des urgences  Saint Roch à Nice.
Une polyclinique grande comme un hôpital à Ollioules.
Un hôpital militaire, celui de Saint Anne à Toulon.

Trois ambiances différentes. Et je constate en écrivant, que Les Saints semblent réservés au Public alors que Les Fleurs sont pour la clinique privée. Je vous décris donc :

Tout d'abord, les Urgences, Sarah dans son dernier commentaire sur la note précédente, a parfaitement décrit  qui l'on rencontre aux Urgences. J'y ai vu les pompiers mais j'ai été étonné par le nombre de policiers. Leur présence devait être justifiée parce que les heures s'écoulant, j'ai croisé un patient ensanglanté menotté sur son lit roulant et j'ai trop souvent entendus; cris, injures, vociférations, menaces, disputes ...
Pour faire face à cette ambiance le personnel hospitalier, administratif, soignant, médecin, chirurgien ... était remarquable dans le comportement qu'ils affichaient et l'esprit d'équipe qu'ils montraient. Le fiston, que je raccompagnais le soir à 21 heures après qu'il ait subit de nombreux examens tous encourageants, aura mesuré du mauvais coté ce que sera son travail car il se prépare à une reconversion professionnelle pour devenir aide soignant.

Puis, la Polyclinique, si son nom est celui des fleurs, c'est certainement parce que Ollioules était la plaque tournante d'un grand marché qui aujourd'hui n'existe plus. Je retiens des jours passés en banlieue Toulonnaise les merveilleux moments en tête à tête avec mon papa. L'humeur était joyeuse car quand tout se déroule bien ( ma maman a une nouvelle hanche en acier chromé ) le sourire, est là!  Les repas en tête à tête avec mon papa, la cuisine et la vaisselle que nous faisions à tour de rôle, les souvenirs qu'il me relatait et me faisait revivre, sont un pur bonheur que j'ai pleinement goûté. Et, après que je laissais en clinique ma maman et mon papa (toujours amoureux comme ils nous l'ont toujours montré) je faisais découvrir à la petite Camille dont j'avais la garde, les coins merveilleux de mon adolescence.

Enfin, l'hôpital Saint Anne, Il doit ressembler à celui de Brest ou de Rochefort. Chaque grand port militaire doit avoir le sien. Les bâtiments résistent à l'usure du temps, ils sont comme les fortifications de Vauban dont on découvre autour quelques vestiges. Ici, surprise ! Les pancartes vous guident pour aller vers une médecine nucléaire ou vers les bâtiments de l'hyperbare. Je ne suis pas étonné par les gardiens en faction, j'aime  le ponpon rouge que j'ai moi aussi porté et qui attire la sympatie. Ma première visite ici , à l'âge de 15 ans, fut lors d'une entorse au genou, qui me mit à l'équerre la jambe. Assis sur votre chaise à lire cet écran, imaginez votre pied à coté de l'oreille a coté de vous, vers le haut, le genoux à l'envers ?  Voilà que je m'égare, est-ce malgré moi que je ne veux pas parler de mon beau frère, dont la  vie s'échappe ...

Et parce que là, je donne des nouvelles à la famille, ce soir, le fiston, peut enfin regagner Toulon, seul avec son auto.
Je reviens à la photo, à part l'immatriculation du pointu, qu'est-ce-qui peut vous indiquer que c'est en rade de Toulon ?

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Khassiopee 30/10/2008 21:24

La crinère blonde de Camille ?

framboise 30/10/2008 14:26

Oui les urgences c'est un dur métier pour ceux qui y travaillent, et en voient passer de toutes les couleurs. Pourtant une jeune cousine qui y travaille de nuit n'échangerait son poste pour rien au monde tant l'ambiance est bonne et l'équipe soudée.Sinon pour Toulon, je ne connais pas .

joye 30/10/2008 02:30

Je suis contente de savoir que ton fils va mieux. Désolée de ne pas avoir compris ce qui s'est passé.

Claudio 29/10/2008 22:11

Moi, je l'ai vu mais en agrandissant la photo.Pour ce qui est des urgences. A chaque fois que j'y suis passé, toujours en accompagnateur, je me suis dit : "Mais alors, les autres jours c'es pareil ? Tous les soirs, les nuits de toute l'année, ce sont les mêmes drames, les mêmes misères. Je crois qu'il faut être costaud pour faire ces métiers.

Anne-Ma 29/10/2008 20:05

Eh bien ! Je dois dire que La dame de nage a une bonne vue. Le bateau gris au fond de la rade je ne l'avais pas vu !Sinon, je ne connais pas Toulon.