La partie de boules

Publié le par Christian

chez bonato
Je reviens vers ce titre déjà signalé lors d'un précédent article.
A quinze ans, je découvrais le chalet des Eymards ainsi que les nuits dans le hamac. Pendant un mois nos journées étaient remplies de bien nombreuses activités.
Parmi d'autres, fabriquer des cerfs-volants, j'avais déjà fait, mais  réaliser celui qui volerait le plus loin au fond de la vallée, c'est autre chose. Le fil qui se déroulait sur des centaines de mètres et au loin constater que nos papiers volants attiraient les grands aigles des montagnes, voilà qui nous émerveillait.

Et les boules alors ?  Attendez, j'y viens !
Elles n'étaient pas là pour une partie de pétanque, mais c'était une épreuve à franchir lors d'un parcours parsemé d'embûches sportives, d'adresse, et aussi de réflexion ...
Les boules comme toujours, étaient  réservées à l'épreuve d'adresse. Sur un terrain de volley-ball, d'un coté un joueur les pieds tanqués dans le rond, de l'autre un cageot dans lequel nous devions lancer la boule qui passait au dessus du filet. Les points étant engrangés par le nombre de boules que l'on envoyait dans le cageot.
Lors du parcours, chacun  de compter les boules dans le "panier",  les ramasser, et ainsi de suite pour le suivant qui s'applique avec adresse à bien viser par dessus le filet ...
Arrive mon tour, j'adore jouer, j'aime gagner, et il faut voir encore aujourd'hui comment je m'applique pour faire vite et bien !
Certainement que ce jour là, j'ai voulu aller trop vite parce que déjà, alors que je ramassais les boules au sol, ... n'avais-je pas anticipé ? Que j'en prends une sur la tête !

M'en reste-t-il quelque chose aujourd'hui ? Peut être car je me souviens toujours de ce qui en suivit. Dans le silence et la frayeur qui saisissait alors les camarades, je me revois encore me redresser droit sur mes jambes, regarder tout autour en souriant et montrer que le coup porté ne m'avait rien fait. (Comme au rugby)  Ma tête devait bourdonner, mes yeux devaient être voilés ... mais je me vois encore, stoïque, faire comme si de rien n'était !!!
Je poursuivais mon parcours, d'abord l'adresse avec les boules, puis .... , puis ???
Nous avions certainement gagné,... Qu'étaient les autres épreuves ? Je ne sais plus, mais les boules je m'en souviens.
Et il en reste quelque chose, la preuve !



Commenter cet article

Louis-Paul 12/01/2008 15:56

C'est pas aujourd'hui que l'on pourra en faire une partie Christian.Mais c'est vrai, il manquait tellement d'eau! Bon we.

Christian 13/01/2008 21:33

Je me suis régalé de voir l'eau tomber, sachant que j'apprécierai encore plus le soleil, et aujourd'hui, nous en avons profité.

La Dame de Nage 12/01/2008 13:51

L'essentiel est de ne pas les avoir [les boules] et de continuer d'avancer dans la vie !J'adore lire ces histoires du passé.

Christian 13/01/2008 21:31

Ce qui me "fout les boules" c'est d'entendre et voir notre Président (clin d'oeil à Djennot)

sevy 12/01/2008 09:09

Bonne journéebisous

Christian 13/01/2008 21:29

bisous sévy

Anne-Ma 11/01/2008 17:26

Bon, je comprends juste un peu assomé, pas de blessure et c'est le principal, mais houlà là, ! ça a dû faire mal  ! Ouille !Bonne soirée.

Christian 13/01/2008 21:28

J'ai été "ensuqué" comme on dit chez nous. Sais-tu ce que signifie "ensuqué" ?

Matheo 11/01/2008 07:14

oh la la !ça doit faire mal!

Christian 13/01/2008 21:27

Je n'ai aucun souvenir de douleur.