Apprentis toujours ... ? Prêts !!

Publié le par Christian

r--allon 1961 l---quipe [320x200] La promotion Gaspar Nicolas,  au garde à vous en carré autour du drapeau qui s'élevait, commençait la journée. Bien alignés, tous en tenue, nous étions les Apprentis de la DCAN  Direction Constructions Armes Navales. En bleu de travail, le béret sur la tête, dès sept heures,  rassemblés dans la cours,  couleurs levées, nous étions droits, la tête haute.
Alors, la voie tonitruante  de Lulu, nous figeait : 
Apprentis toujours ?
Les quatre vingt adolescents faisaient vibrer la cours.
Prêts !
Comme le son du canon, de nos poitrines sortait cette fierté, ce cri qui réveillait le quartier du Mourillon.
Nous avions quatorze ans.

Mais déjà j'ai un doute; n'était-ce pas ? 
Apprentis ... Oui !
Car ces années, je les avais enfouies et volontairement oubliées.
Trois années que j'ai envie de revivre, et Djannot m'en donne l'occasion. Elles furent exaltantes, j'aurais suivi un autre chemin si  ...
...
A dix sept ans, lors de notre dernier camp de vacances à Embrun, j'étais interrogé par la Gendarmerie Maritime, accusé d'indiscipline pour avoir ...  " ??? " Ou ne pas avoir ... " ??? ".
Toujours est-il, que je me suis retrouvé les vacances supprimées, et, tel un prisonnier, je passais mes deux derniers mois de congés dans les ateliers de l'école d'apprentissage.
Là est ma blessure. Là le sentiment d'injustice.
Mais, c'est ce qui a fait que je suis devenu enseignant.
Pendant ces deux mois de travail punitif je repeignais les machines de l'atelier, mon éternel optimisme m'a conduit à donner de la couleur aux étau-limeur.
Les machines sont devenues arc en ciel, alors que certains s'en offusquaient, le chef d'atelier qui me connaissait refusait que je réutilise le gris, il me redonnait le sourire.
En septembre, je franchissais la porte Castigneau, je rejoignais l'atelier "Les machines"; j'étais ouvrier.


Je crée cette nouvelle rubrique, Djannot et Sarha m'en on donné envie, je souhaite que certains anciens camarades interviennent, qu'ils n'hésitent pas à laisser un commentaire. A m'envoyer des photos de cette époque, que j'aimerais en trouver une sur laquelle je figure !

Commenter cet article

Marcel 14/07/2011 14:13



Salut l'ancien, j'étais en 1962 sur l'EE BOUVET D624, fier navire ou nous avons nous aussi la chance de dormir dans un hamac, je sui moi aussi à la recherche d'un "vrai". Au plaisir de te lire,
un ancien mécano machine AR.



Daniel Turini 30/12/2008 09:55

La promotion: Nicolas RobertApprentis oui!Je reconnais Savelli,Jeannot,peut etre Mazillier, Imbert et pas ceux qui sont à genoux

Djeannot 11/12/2007 04:25

J'oubliais Kikou, mais je suis un parleur impénitant...! notre promotion me semble t il c'est Nicolas Robert, je ne pense pas pas à Gaspard...Ce Robert-là avait sous le troisièeme empire, reboisé le Faron..avec des pins.. Bon on sait que les pins c'est pas ce qu'il sefait de mieux contre les incendies de forêt..Les romains moins fadas, avient planté des chênes liège.. Double avantage.Pour ce qui est de Nicolas Robert et du reboisement, Kikou tu devrais lui causer de ta calvitie...naissante il est vrai..!Ah..aussi, hier je déjeunais de pieds-paquets...Oh fan d'une...! chez un ancien troisième ligne de l'USAM, il te passe son bonjour le Michel PIR......Bon ce coup ci j'arrête, je vais digérer les pieds et les paquets.

Djeannot 11/12/2007 04:15

Si les abdominaux se sont relâchés, vers l'avant ce qui n'est pas très esthétique, les bleus de la DCAN, qui étaient des gris, eux par contre sont devenus très, très serrés, bref il nous reste les Embruns et encore....La municipalité embrunaises qui s'en est rendue acquéreur, souhaitait en "refaire" un camp de vecances. Hélas, trois fois hélas, Les Réaumes et les Eymards sont abandonnés. Plus que des souvenirs..! Si le Kikou a quitté l'arsenal, comme les quelques 20 garçons qui ont choisi une autre voie, c'est que dans cet établissement pour adultes, nous n'avons pas trouvé notre place. Ce dont nous gardons trace indélébile, ce sont les trois années d'apprentissage car nos pédagos nous ont inculqué l'essentiel des valeurs, même si quelque part pour le Kikou, qui n'en garde poas rigueur, ils se sont "ramassés". A l'en croire quand même, le Christian, il en garde un excellent souvenir. Si je lui dit par exemple "rugby", vous allez voir comme il démarre...Et si je lui annonce "Lulu"...alors-là c'est l'euphorie; dans cette école professionnelle et de la vie, nous faisions 8 heures de sport par semaine....!!!  Laporte fait une découverte en demandant de remettre le sport à l'honneur dans les collèges et lycées. Bien entendu celà ne nous a pas empêché d'avoir dans nos rangs des cadres, des profs et mêmes "désagrégés". La seule chose que l'on peut reprocher à ce stade-là, c'est qu'après les séances nous n'avions pas de douche...et comme l'on pratiquait souvent le rugby..bonjour les odeurs en classe.Pour la Dame de Nage, je suis un terrien de la montagne, mais j'ai gardé un pied dans l'eau. Comme on dit dans la "Royale" j'ai fait trois embarquements, j'ai été baptisé sur l'Equateur et j'ai attrapé la "stouille"... C'est pas de la Marine ça ? Allez Ke navo, chez les mocos. Djeannot.

Fauvette 10/12/2007 20:10

Je partage ton sentiment de révolte devant l'injustice. Et admire ton courage.